‘’Nous ne voulons pas de l’exploitation du pétrole dans le parc des Virunga’’ préviennent les communautés de Vitshumbi et Kanyabayonga
C’est à l’issue des séances de sensibilisation sur le pétrole que les communautés de Vitshumbi et Kanyabayonga se sont insurgées encore une fois contre tout projet d’exploitation du pétrole dans le Parc des Virunga.

En effet, Le Réseau CREF en partenariat avec l’ONG allemande regenwald/sauvons la forêt a organisé en date du 4 et 6 décembre 2020, des séances de sensibilisation des communautés de Vitshumbi et Kanyabayonga sur le pétrole. Elles ont été faites au travers 3 projections publiques des documentaires sur l’expérience du Nigeria dans l’exploitation du pétrole.

Ces assises qui ont réunies les participants venus des pêcheurs, des agriculteurs, de la société civile, des institutions locales, de l’administration forestière, des confessions religieuses, des associations des femmes et jeunes, des médias ont eu pour objectif de sensibiliser les communautés riveraines du PNVI sur les conséquences néfastes qui peuvent découlées de l’exploitation du pétrole dans les Virunga et les pousser à s’engager pour la protection de leur environnement

A l’issue de ces rencontres, les participants ont souligné qu’après toutes les analyses faites, l’exploitation du pétrole ne viendrait qu’empirer la situation des populations riveraines et exposé le parc, une aire protégée, à la destruction.  Le contexte est en soi fragile. La zone regorge des groupes armés et milices autour de la gestion des ressources naturelles. Les communautés d’un coté se sentent lésés dans leurs droits, où les impacts des bénéfices que génèrent le parc ne sont pas visibles sur le terrain. Et à leur tour, elles sont accusées par les gestionnaires du parc d’envahissement du parc. Les participants n’arrivent pas à comprendre ce qui peut pousser l’état congolais à vouloir sacrifier toute une population revenant sur la valeur tant économique qu’écologique de ce parc.  ‘’Tant que l’ordonnance présidentielle autorisant les activités pétrolières dans le parc des Virunga, nous resterons alertés et sur nos gardes, en aucun cas nous n’accepterons d’être divisés pour des intérêts personnels au détriment des intérêts communautaires. Nous prions au président d’annuler cette ordonnance ‘’ ont laissé savoir les participants.

‘’Toute activité pétrolière dans cette zone constitue une menace pour l’immense et riche diversité d’écosystèmes, de faune et de flore incomparable du Parc de Virunga qui est d’une valeur universelle exceptionnelle. Le Parc National des Virunga présentant un écosystème très fragile, ce dernier risquerait d’être victime de la pollution et d’autres conséquences écologiques dues aux activités des hydrocarbures en son sein. C’est plus de 65000 personnes qui dépendent directement des ressources du Lac sans en compter des milliers de gens situés dans les périphéries, qu’on aura sacrifié. Mais aussi la loi sur conservation de la nature de février 2014 en vigueur en RDC interdit toute activité pétrolière dans une aire protégée. ’’ a dit Madame Clarice BUTSAPU, agent au sein du Réseau CREF.

Le Parc National des Virunga est l’un de plus anciens parcs de l’Afrique. Il est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité.

En 2010, les travaux d’exploration et production du pétrole dans le parc des Virunga ont été lancé ; Selon les statistiques, il regorgerait une réserve pétrolières estimées à 6758 milliards de barils reparties sur 172.075 hectares soit 21,5% de la surface totale du parc classé au patrimoine mondial par l’Unesco.

Plusieurs communautés riveraines et défenseurs de l’environnement se sont opposées à ce projet. En effet étant convaincue que   l’exploitation au risque zéro n’existe pas, la moindre pollution aurait des conséquences non seulement sur la biodiversité écologique que regorge le lac Edouard, qui à lui seul occupe plus de 3000 pêcheurs sans compter les personnes impliquées dans la filière poissons et qui génère plus de 30 millions de dollars américains pour la survie de plus de 65 000 personnes riveraines du lac Edouard, mais aussi sur l’écosystème du parc national des Virunga en général.

Leave a comment